• Category Archives Extrême droite et police/pouvoir
  • la démosophie et le mouvement du 14 juillet, une imposture réactionnaire

    récemment, un nouveau mouvement est apparu sur la scène militante, il s’agit du mouvement du 14 juillet et de la démosophie, ce mouvement ratisse de l’extrême-gauche jusqu’à l’extrême-droite, plus a l’extrême-droite d’ailleurs

    ce mouvement et soutenu par des putschistes

    http://www.donotlink.com/fmf4

    relayer par des conspirationnistes
    http://www.donotlink.com/fmf5

    http://www.donotlink.com/fmf6

    le camarade qui tient gauche de combat a réalisé un petit article sur le sujet

    http://gauchedecombat.net/2015/06/19/enfin-un-vrai-complot-extremement-droitier-auquel-sattaquer-le-mouvement-du-14-juillet-2015-demosophie-ericfiorile/

    on note que ce mouvement est soutenu par l’antisémite dieudonné

    mais la démosophie est aussi une secte fonctionnant pour le bénéfice d’un seul homme, éric fiorille

    http://www.parasite.antifa-net.fr/demosophie-et-mouvement-du-14-juillet-2015-le-business-dune-secte/

    https://luttonscontrelefn.wordpress.com/2015/06/11/mouvement-du-14-juillet-un-feu-dartifice-complotiste-lclcfn/

    c’est un mouvement profondément complotiste, pêle-mêle on y retrouve les théories conspirationnistes habituelles (francs-maçons qui, selon les conspis, dirigeraient le monde, « chemtrails » , théories du complot sur le 11 septembre

    j’ai réalisé quelques captures d’écrans sur leurs groupes et pages fb, on y retrouve « réseau international, quenel+, bvoltaire et autres sites conspirationnistes voir fascistes

    Greenshot_2015-06-21_11-56-41

    Greenshot_2015-06-21_11-57-12

    Greenshot_2015-06-21_11-58-13

    Greenshot_2015-06-21_11-59-59

    Greenshot_2015-06-21_17-38-23

    Greenshot_2015-06-21_17-38-58

    Greenshot_2015-06-22_10-36-42

    Greenshot_2015-06-22_10-36-57

    on note également le soutien de « debout les français » (groupe nationaliste) a ce mouvement réactionnaire

    voir également cette vidéo, ça montre qui sont les « démosophes »



  • Concert à Lille : l’extrême-droite et la police main dans la main contre les antifascistes

    Sheryo AFA

    Hier plus de 300 personnes ont assisté au concert de rap en soutien à l’Action Antifasciste qui se déroulait au Resto Soleil. Slimane, LAX, Tonio, Sheryo et La Jonction ont assuré leurs sets jusqu’au bout de la nuit. Gros son et grosse ambiance.

    Cependant, une attaque a été perpétrée en marge du concert par quelques nazillons provocateurs, vite secondés par la police.

    Le tristement célèbre Claude Hermant (ex dirigeant de la Maison Flamande, proche de Serge Ayoub et de son organisation 3ème Voie – dissoute suite à l’assassinat de Clément Méric -, ex du service de sécurité du Front National, ex mercenaire au Congo…) accompagné d’une dizaine de nervis d’extrême-droite ont attaqué des spectateurs se rendant au concert rue Solférino. Hermant n’a pas hésité a tirer au flash ball sur ces spectateurs et sur des passants, en pleine rue, sous les yeux complaisants de la police.

    Suite à cette agression, un groupe de militants antifascistes est intervenu devant « la frite rit » (le commerce qui a servi de base arrière aux fascistes et dont Hermant est le gérant) afin de porter secours à ces spectateurs. Les fascistes, débordés, ont alors pu compter sur la collaboration active de la police : Hermant et son groupe ont à nouveau fait usage d’armes sur la voie publique (flash ball, bombes lacrymogène) et la police, sur demande du groupe de nazillons, a chargé les antifascistes à coups de matraque et de gaz lacrymogène. Quelques interpellations sont à déplorer.

    Tout le reste de la soirée, Hermant (qui appelle les flics par leurs prénoms) tournait aux alentours du concert dans une voiture de police.

    La connivence entre la police et les fascistes lillois n’est plus à démontrer. Déjà en 2009 la police avait communiqué les noms et adresses de 26 anarchistes à Claude Hermant en toute impunité.

    Hier, l’association entre la police et les groupuscules fascistes a encore franchi un stade : ils collaborent désormais ouvertement et montent des attaques communes contre les antifascistes.

    Liberté pour les camarades interpellés !

     

    Article publié par http://luttennord.wordpress.com/ a lire également sur Claude Hermant.

     



  • Robert Ottaviani se diversifie

    Après une mutuelle réservée à la police et une association pro-frontiste sur Bordeaux, on retrouve Robert Ottaviani chez Ménard à Béziers avec une « mutuelle solidaire » proposée par Traditia…

    Cette entreprise a plusieurs activités telles que l’immobilier, écurie hippique, ou le conseil en gestion de patrimoine.

    Une newsletter de cette société date l’arrivée de Robert Ottaviani à la tête de Traditia Entreprises en 2010 :

    traditia2

     

    Capture d'écran du site de la société Traditia : présentation de l'équipe.
    Capture d’écran du site de la société Traditia : présentation de l’équipe.

    Il fut cité par Yves Bertrand lors de son audition dans le cadre du rapport d’enquête parlementaire sur le DPS de 1999. Rédacteur en chef du journal interne « Le lien », son appartenance à la mouvance néo-nazie était évoquée.

    « S’agissant ensuite de la mouvance néo-nazie que l’on trouve parmi les supplétifs, je citerai, pour mémoire, M. Camdessousens, gardien de la paix qui dirigeait des mouvements néo-nazis alsaciens, tels que le Cercle national socialiste, devenu le HVE (Heimattreue Vereinigung Elsass), et dissous en 1993. Je citerai encore M. Robert Ottaviani, rédacteur en chef du journal du DPS, Le Lien, qui appartient à la mouvance skinhead, et M. Régis Kerhuel, aujourd’hui en prison pour le meurtre d’un Mauricien…. »

    L’individu s’était également fait remarquer à Vitrolles en 2011 et sa proximité avec les représentants d’un syndicat de la police municipale avait été dénoncée par un blogueur local.

    Son parcours militant est décrit dans cet article de Reflexes à relire en entier pour le contexte.

    Extrait :

    « Le journaliste y rappelait le passé relativement sulfureux de Robert Ottaviani qui, au début des années 1990, militait dans la mouvance skinhead et fut le chanteur d’un groupe de RAC (Rock Against Communism) baptisé Ultime Assaut dont l’un des titres rendait hommage aux volontaires français de la LVF qui combattirent avec les Allemands sur le front de l’Est à partir de 1941 [5]. Connu seulement de ceux qui suivent de très près la mouvance nationaliste, le militant était en fait visé pour son rôle dans les réseaux de soutien à Marine Le Pen. Le début de l’automne 2008 avait en effet vu la création d’Energie Bleu Marine, un réseau de soutien à l’action politique, à la personne et à la candidature élyséenne de la vice-présidente du FN [6]. Or cette association était présidée par l’ancien militant FN puis MNR Robert Ottaviani dont l’itinéraire politique était chargé : secrétaire départemental FNJ de l’Essonne puis directeur national adjoint du FNJ de 1993 à 1996, bras droit de Samuel Maréchal, tout en étant rédacteur en chef du Lien, bulletin interne du DPS ; fâché avec Maréchal, Ottaviani était devenu administrateur provisoire du MNJ et était intervenu à ce titre lors du meeting du Front de la Jeunesse en février 1999 ; le délitement du MNR l’avait vu revenir lentement au bercail lepéniste au cours des années 2000. À peine l’association venait-elle d’être portée à la connaissance du public (et notamment sa branche girondine, Bordeaux Bleu Marine, fondée par le même Ottaviani) que l’article de Christophe Forcari venait torpiller l’initiative en compromettant la stratégie de dédiabolisation et de lissage que la fille Le Pen entend mettre en œuvre depuis 2002. Le journaliste ironisait d’ailleurs sur « les nostalgiques de la Seconde Guerre mondiale qui ne la lâchent pas d’une semelle ». À l’évidence C. Forcari répercutait ainsi une information que des gens bien intentionnés lui avait fait passer. Mais qui ? Plusieurs mouvances pouvaient à vrai dire avoir intérêt à torpiller l’initiative Energie Bleu Marine et Robert Ottaviani. La plus évidente est bien sûr la mouvance pro-Gollnisch, bien décidée à barrer la route de la direction du parti à la fille Le Pen. Mais il en est une autre avec la mouvance regroupée à l’époque derrière Alain Soral, alors en pleine phase d’incrustation au FN , et qui voyait d’un très mauvais œil les contacts entre Marine Le Pen et les Identitaires. Or Robert Ottaviani entretenait de très bons termes avec le Bloc, ne serait-ce que par le biais de Fabrice Lauffenburger, ancien lui-aussi du groupe Ultime Assaut et alors dirigeant de Jeune Alsace, mouvement associé à Alsace d’Abord et au Bloc Identitaire. Il aurait donc pu servir d’intermédiaire dans un approfondissement du « pacte de non-agression ». À l’époque ce fut cette origine de la fuite qui fut soupçonnée par Marine Le Pen et les Identitaires et en particulier Christian Bouchet et Laurent Latruwe. Pour notre part, nous ne saurions trancher. »



  • [Suisse] Un policier genevois sous enquête pénale pour son apologie du nazisme

    Une procédure pénale et administrative a été ouverte mercredi à l’encontre d’un policier genevois qui a manifesté sur les réseaux sociaux ses sympathies pour Hitler et le régime nazi.

    La police genevoise a confirmé mercredi l’information révélée par 20 Minutes selon laquelle un de ses agents affichait sur les réseaux sociaux sa sympathie pour Hitler et le régime nazi. Une procédure pénale et administrative a été ouverte.

    Sous le pseudonyme « Hussard Noir », le policier a célébré la nomination d’Adolf Hitler à la Chancellerie d’Allemagne le 30 janvier 1933 en publiant sur Facebook, le 30 janvier 2013, le message suivant: « Le commencement de tout… Joyeux anniversaire à notre Empire ». Il a aussi publié une image de Hitler bébé ou encore un « selfie » devant un drapeau de la marine du IIe Reich.

    Lire l’article complet.

    Entre complicité et laisser faire

    On se souvient de la fête de la musique en 2012 quand des néo-nazis avaient attaqué la scène alternative aux Bastions. Après avoir poignardé le chanteur d’un groupe punk, un néo-nazi c’est fait arrêter par la police qui le laissa partir, non sans lui avoir rendu son couteau, pour être arrêté ensuite trois jours plus tard.

    On peut être sur que le néo-nazi a utilisé ces trois jours de répi afin de contacter un avocat, fabriquer un alibi et “nettoyer” son domicile.

    Lors de cette affaire, la police tout comme la presse avait tenté d’occulter le caractère politique de l’agression en réduisant les faits à une rixe entre jeunes.

    Le premier, mais sûrement pas le dernier

    Lire le communiqué de RAGE.

    rage



  • [05/14] Trois policiers ont été mis en examen pour «violences aggravées et insultes raciales»

    « Les faits, dénoncés par un collègue des policiers incriminés, auraient été commis sur des vendeurs à la sauvette.

    Trois policiers ont été mis en examen pour «violences aggravées et insultes raciales» suite à l’agression de plusieurs vendeurs à la sauvette à Paris, selon une source policière, confirmant une information d’i-Télé.

    «Un brigadier, un adjoint de sécurité et un policier stagiaire ont été mis en examen samedi par un juge d’instruction de Paris et placés sous contrôle judiciaire», a expliqué cette source. »

    Lire l’article complet.



  • [05/14] un élu FN reconnaît un don « personnel » de l’ex-dirigeant de Bygmalion

    Étienne Bousquet-Cassagne, élu municipal Front national (FN) et candidat à des législatives en Lot-et-Garonne, a indiqué lundi avoir bénéficié d’un don de Bastien Millot, ex-dirigeant de la société Bygmalion, pour une campagne électorale en 2012, un don selon lui « personnel », déclaré et qui n’a « rien d’extraordinaire ».

    Le jeune élu d’opposition à Villeneuve-sur-Lot a confirmé à un correspondant de l’AFP avoir reçu un don de l’ordre de 4 600 euros de Bastien Millot, l’ex-dirigeant de la société de communication Bygmalion, pour une aide à sa campagne électorale législative en 2012 dans la circonscription de Marmande, une information révélée par Le Journal du dimanche.

    Lire la suite.