• Category Archives Dérives et courants sectaires
  • Nantes, rassemblement de conspis dimanche

    En fouillant sur le net, j’ai trouvé un évènement nommé « les 99% font la fête »

    http://www.donotlink.com/folf

    dès le début on sombre dans le confusionnisme, le mélange des genres et le conspi:

    « aux mouvements dissidents », le terme employé s’adresse directement à une frange de l’extrême-droite.
    « Acceptons nos différences d’opinions car nous en avons tous marre et voulons un monde grandement meilleur au service de l’être-humain et de la nature. » On dirait du chouard là, ce qui est prôné est simple, l’alliance entre toutes les factions politiques pour « changer le système et sauver la nature », c’est beau, sauf que dans les faits c’est pas franchement vrai, non toutes les factions politiques ne veulent pas détruire le capitalisme, certaines veulent le conserver tel qu’il est, d’autres le réformer et d’autres le détruire. Bref, ce qui est prôné là c’est la réconciliation nationale de soral.

    Greenshot_2015-06-25_17-31-22

    Ce rassemblement est organisé par un mystérieux « rassemblement national des personnes indignées », c’est beau comme nom, sauf que ça pue.

    Greenshot_2015-06-25_17-43-23

    Greenshot_2015-06-25_17-45-50

    Donc ce mystérieux « rassemblement national des personnes indignées partage du quenel+ (site à la gloire de l’antisémite dieudonné) et le délire conspirationniste du 14 juillet.
    Ha mais en fait c’est pas étonnant, ils sont pour la liberté d’expression totale.

    Greenshot_2015-06-25_17-51-32

    donc on en a qui soutiennent le mouvement du 14 juillet, du beau conspi là encore.

    Greenshot_2015-06-25_17-50-56

    leur méthodologie pour sortir du capitalisme laisse rêveur, ou fait rire, au choix.

    Greenshot_2015-06-25_17-52-47

    Ha, tiens, des défenseurs de dieudonné, comme le mouvement qui organise ça en fait

    Greenshot_2015-06-25_17-53-53

    En résumé, on a affaire à des nationalistes, qui veulent la réconciliation nationale, qui défendent la liberté d’expression, y compris celle des oppresseurs, qui soutiennent dieudonné et le mouvement du 14 juillet déjà évoqué dans un article sur ce blog et dans d’autres également.



  • la démosophie et le mouvement du 14 juillet, une imposture réactionnaire

    récemment, un nouveau mouvement est apparu sur la scène militante, il s’agit du mouvement du 14 juillet et de la démosophie, ce mouvement ratisse de l’extrême-gauche jusqu’à l’extrême-droite, plus a l’extrême-droite d’ailleurs

    ce mouvement et soutenu par des putschistes

    http://www.donotlink.com/fmf4

    relayer par des conspirationnistes
    http://www.donotlink.com/fmf5

    http://www.donotlink.com/fmf6

    le camarade qui tient gauche de combat a réalisé un petit article sur le sujet

    http://gauchedecombat.net/2015/06/19/enfin-un-vrai-complot-extremement-droitier-auquel-sattaquer-le-mouvement-du-14-juillet-2015-demosophie-ericfiorile/

    on note que ce mouvement est soutenu par l’antisémite dieudonné

    mais la démosophie est aussi une secte fonctionnant pour le bénéfice d’un seul homme, éric fiorille

    http://www.parasite.antifa-net.fr/demosophie-et-mouvement-du-14-juillet-2015-le-business-dune-secte/

    https://luttonscontrelefn.wordpress.com/2015/06/11/mouvement-du-14-juillet-un-feu-dartifice-complotiste-lclcfn/

    c’est un mouvement profondément complotiste, pêle-mêle on y retrouve les théories conspirationnistes habituelles (francs-maçons qui, selon les conspis, dirigeraient le monde, « chemtrails » , théories du complot sur le 11 septembre

    j’ai réalisé quelques captures d’écrans sur leurs groupes et pages fb, on y retrouve « réseau international, quenel+, bvoltaire et autres sites conspirationnistes voir fascistes

    Greenshot_2015-06-21_11-56-41

    Greenshot_2015-06-21_11-57-12

    Greenshot_2015-06-21_11-58-13

    Greenshot_2015-06-21_11-59-59

    Greenshot_2015-06-21_17-38-23

    Greenshot_2015-06-21_17-38-58

    Greenshot_2015-06-22_10-36-42

    Greenshot_2015-06-22_10-36-57

    on note également le soutien de « debout les français » (groupe nationaliste) a ce mouvement réactionnaire

    voir également cette vidéo, ça montre qui sont les « démosophes »



  • Inform’action : pour en finir avec Renaud Schira (et ce qui tourne autour)

    Compléments et illustrations de l’article de La Horde Inform’action : le conspirationnisme au prétexte de l’info alternative

    Parce que ce genre de merde est une gangrène, l’antithèse de la critique sociale, un leurre pour gogos et un vecteur actif de diffusion de propagande d’extrême droite.

     

    Commençons par le début : d’où ce sort ce machin, Inform’action ?

    Inform’action est un projet porté par Renaud Schira, né chez Etymon.

    Capture du 2014-04-26 11_35_46

    etymon2

    Etymon est une association initialement créée par Boris Wahl, un « entrepreneur solidaire » ayant prospéré sur le créneau du vélo à destination des urbains des classes favorisées.

    wahl

    boris

    (J’ai cherché à quoi se référait le qualificatif « solidaire » accolé à entrepreneur mais je n’ai pas trouvé, si vous avez une piste, merci de laisser un commentaire.)

    En parcourant le document suivant, on peut rapidement se faire une idée de l’état d’esprit qui animait le fondateur d’Etymon : je vais appeler ça le capitalisme-washing, si ça ne vous dérange pas.

    etymon source : http://blogs.univ-tlse2.fr/cerises/files/etymon/etymon.pdf

    Extrait :

    Financeurs :
    Ce projet a été rapidement soutenu par le Conseil Régional Midi-Pyrénées, la Caisse des Dépôts et
    Consignations, la DDTEFP de la Haute-Garonne et la Fondation Caisse d’Epargne. Le secrétariat d’Etat à
    l’économie solidaire est venu plus tard pour consolider cette expérience. Les conventions avec l’ANPE et le
    Conseil Général de la Haute-Garonne ont été signées en 2003.
    La fondation Védior Bis a abonder en 2003, le fonds de soutien.

    Au passage, la même source très officielle nous donne des billes sur movimento qui fût sans doute les prémisces du business de Boris Wahl sur le vélo.

    http://blogs.univ-tlse2.fr/cerises/files/movimento/movimento.pdf

    Maintenant que le décor est planté, regardons de plus près les projets « solidaires » que porte Etymon.

    En vrac et dans le désordre on y trouve parmi tout un tas de trucs tendance new-age :

    • un coach en « psychosynthèse »
    • une asso qui « favorise l’autonomie personnelle » mais « soutenue financièrement par l’État (DREAL, DRAAF, ADEME), la Région Midi-Pyrénées, la Mairie de Toulouse et le Conseil Général de la Haute-Garonne » (sic)
    • un cabinet de conseil en stratégie, gestion, marketing
    • une asso de médecine traditionnelle chinoise à destination des petits enfants
    • une facilitatrice en Art-thérapie qui t’aidera à explorer ton être dans le fond
    • une asso qui propose des pratiques énergétiques et méditatives pour la libération de l’expression de soi pour accéder à l’épanouissement de votre être et le développement de votre énergie créative
    • une sophrologue et coach en bien-être par la naturopathie et réflexologie plantaire

    Bref, allez voir par vous même, certains sont vraiment gratinés.

    En trois clics à peine vous pourrez constater que certaines pratiques proposées par les apprentis gourous de chez Etymon se sont faites allumer comme étant des dérives relevant de l’endoctrinnement sectaire.

    Et au milieu de foutraque ésotérique tendance écolo-citoyenniste, on trouve donc Inform’action.

    La Horde a bien résumé le truc, ce site qui prétend « ré-informer » fonctionne en mélangeant tout et n’importe quoi, pour atteindre le sommet du n’importe quoi.

    Nous avons eu la désagréable surprise de voir récemment un article d’un des blogs d’antifa-net.fr repris chez eux, nous mélant donc à leurs saloperies. Ils n’ont pas voulu retirer l’article, repris par un très détestable Iframe, nous piquant donc de la bande passante en faisant de l’audience sur un de nos contenus. Un subterfuge technique déployé par un des administrateurs d’antifa-net.fr les a cependant contraint à mettre cet article hors-ligne.

    Renaud Schira et sa clique réfutent les faits énoncés dans l’article de La Horde, conspirationnistes, ils ne comprennent pas, confusionnistes non plus.

    Renaud Schira est bel et bien l’exemple type de ce que représentent ces deux qualificatifs, démonstration :

    sandra

    Chère Sandra Noisette, on va allumer la lumière, le conspirationnisme c’est ça :

    Capture du 2014-10-19 16:34:38

    Capture du 2014-10-19 16:26:25

    Capture du 2014-10-19 16:31:55

    Ici du conspirationnisme antisémite :

    Capture du 2014-10-19 16:36:49

    Et ça, au-delà du sexisme, c’est un soutien au suprémaciste blanc Vincent Vauclin qui vient de s’illustrer en allant coller sur des antennes CAF des affiches « Les notres avant les autres » (Sous-entendu nous les blancs)

    Capture du 2014-10-19 16:34:18

    Un peu de propagande pour un type qui massacre son peuple :

    Capture du 2014-10-19 17:42:41

    Soutien à ce fumier de Collon, que certains prennent encore pour un gauchiste, qui pioche chez les négationnistes pour parler d’Israël, mercenaire de la propagande qui tente de faire passer des bourreaux pour des résistants :

    Capture du 2014-04-26 11_42_48

    Le confusionnisme, c’est tout mélanger, comme poser un message comme ça :

    Capture du 2014-10-19 16:27:17

    mais bosser avec un groupuscule d’extrême droite :

    Capture du 2014-10-19 16:21:35

    « liker » un groupe antifa ou anar mais aussi meta tv :

    Capture du 2014-10-19 16:20:32

    Et le n’importe quoi, c’est combattre le système en étant porté par un organisme subventionné par les collectivités territoriales.

    La « psychiatrisation » de l’adversaire est sans doute une solution de facilité mais de le cas de Renaud Schira, on peut légitimement se poser des questions sur son équilibre mental.

    On peut aussi se poser des questions sur les subventions accordées à Etymon, vitrine pour gourous barrés et levier du succès d’un organe de propagande merdeuse comme Inform’action.



  • Les racines occultes du nazisme : critique du livre par William Main

    Critique de livre par William Main, traduction anonyme.

    Les racines occultes du nazisme : cultes aryens secrets et leur influence sur l’idéologie Nazie par Nicholas Goodrick-Clarke (New York University Press, 1992, 293 pages)

    Dans Les racines occultes du nazisme : cultes aryens secrets et leur influence sur l’idéologie Nazie, Nicholas Goodrick-Clarke, historien à l’Université d’Oxford, explique comment les fantasmes des pouvoirs occultes, de la pseudo-science et du racisme ont apporté une contribution indirecte mais significative pour l’émergence du nazisme et de l’Holocauste.

    Bien sûr, Goodrick-Clarke n’attribue pas l’inspiration nazie directement issue des forces occultes. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, certains journalistes ont publié des récits exagérés au sujet des groupes occultes du Troisième Reich et ont pris les prétentions de ces cultes obscurs à la lettre. Le livre de Goodrick-Clarke n’est pas un exposé de magie noire, mais un compte-rendu sur la façon dont des idées marginales et ataviques ont finit par influencer la politique nazie et par conséquent le destin de l’Europe moderne.

    Goodrick-Clarke décrit le fondement de l’occultisme sur un ersatz de doctrine religieuse datant du 1er siècle après J.-C., comprenant l’astrologie, le gnosticisme et l’hermétisme (écrits attribués à un magicien égyptien légendaire, Hermès Trismégiste). La Renaissance et la fin du 18e siècle ont connu chacun un regain d’intérêt pour ces anciens textes magiques et pseudo-scientifique.

    Goodrick-Clarke relie chaque vague successive d’occultisme avec les bouleversements politiques et sociaux de l’époque, le déclin de l’Empire romain, le développement de la méthodologie scientifique, la croissance du rationalisme qui soulevait des doutes apparent sur les croyances religieuses et les institutions traditionnelles.

    Le 19e siècle a vu une autre renaissance de l’occultisme en Europe que Goodrick-Clarke attribue à la révolution industrielle et aux changements brusques de modes de vie traditionnels. L’une des tendances majeures de l’occultisme de l’époque a été la Théosophie développé par la femme d’origine russe, Helena Petrovna Blavatsky (1831-1891). Ses œuvres furent en grande partie un plagiat d’éléments occultes préexistants et d’écrits hindous. Dans son magnum opus La Doctrine Secrète (1888) elle a mélangé les enseignements traditionnels hindous et des spéculations archéologiques contemporaines pour former une doctrine systématique qui décrit le cycle de création, croissance, déclin et renaissance éventuelle de l’univers. Le réecriture selon Blavatsky des enseignements hindous ont influencé les occultistes de toutes sortes, mais elle ajouta un élément original qui est devenu particulièrement important pour les occultistes aryens. Blavatsky soulignait qu’à chaque cycle dans l’histoire de l’univers correspondait l’émergence d’une nouvelle race, et en fonction de la phase du cycle en cours, une race donnée représentait un progrès ou un déclin de la perfection spirituelle. Cette idée a ensuite été développée et il en été donné une interprétation plus explicitement raciste par les occultistes aryens.

    L’Ariosophie (la sagesse des Aryens) ainsi que l’occultisme aryen fut appelé, est d’abord apparu en Autriche dans les années 1880 et s’est ensuite étendue à l’Allemagne. Goodrick-Clarke affirme que l’émergence de l’Ariosophie a été déclenchée par la rapidité des changements sociaux et économiques dans la société autrichienne au tournant du siècle. Les germanophones réalisèrent une unité politique avec la création du Second Reich en 1871, même si de nombreux Allemands ethniques sont restées dans les frontières de l’Autriche-Hongrie. La période allant de 1860 à la Première Guerre Mondiale en Autriche fut une période de rapide industrialisation et d’immigration slave ; ce fut la période où la population de Vienne a presque triplé et les caractéristiques ethniques de la ville ont changé de façon significative tandis que les Allemands ne formaient plus qu’une pluralité d’environ 35 %.

    Un mouvement völkisch (ou populaire) accentuant l’unité culturelle de tous les peuples germanophone est devenue une forte influence dans la société autrichienne. Comme Goodrick-Clarke le décrit, le mouvement völkisch proposa « une image idéalisée de l’Allemagne médiévale… pour affirmer la position d’une unité spirituelle, même s’il n’y avait jamais eu d’unité politique. » Les organisations völkisch qui se formèrent s’appuyèrent sur l’importance de la littérature allemande et de la mythologie, de la beauté de la nature et du mode de vie traditionnel des paysans allemands. Avec la mise en avant des aspects réels ou imaginaires de la culture allemande, les groupes völkisch ont également dénoncé les immigrants slaves, les juifs et les autres concurrents potentiels pour une influence politique en Autriche.

    Le mouvement völkisch contenait également les éléments d’un fort sentiment anti-catholique. Georg von Schönerer (1842-1921), le principal représentant du pangermanisme en Autriche, a lancé un mouvement los von Rom (rompre avec Rome) en 1898 pour encourager la population germanique à la conversion du catholicisme au luthéranisme. Schönerer n’était pas motivé par un différend de principe avec la doctrine catholique, mais par un désir d’utiliser le luthéranisme comme un point de ralliement contre les immigrés slaves et pour l’unité pan-germanique.

    Tous les divers éléments de l’antisémitisme, de l’anti-catholicisme, des aspirations pangermanistes et du dégoût de la société industrielle, sont rassemblés dans l’œuvre de Guido von List (1849-1919). List a commencé sa carrière à Vienne en tant que romancier et dramaturge se spécialisant dans les thématiques de l’histoire allemande et de la mythologie. Ses premiers romans ont décrit les rituels du culte solaire païen, les aventures des guerriers teutons et la résistance des tribus allemandes à l’Empire romain. Mais List se considérait comme bien plus qu’un simple écrivain romantique : il se voyait lui-même comme un mystique et un adorateur de la nature qui avait la clairvoyante réminiscence de l’histoire et de la religion aryenne ancienne. Il a affirmé que ses romans n’étaient pas de simples fictions mais de précises reconstructions historiques fondées sur ses souvenirs ancestraux d’un lointain passé allemand.

    List a progressivement modifié son travail littéraire à une sorte d’interprétation révisionniste de l’histoire allemande. Goodrick-Clarke décrit la version selon List de l’histoire allemande comme « une mythologie personnelle, au moyen de laquelle List imposa un ensemble de significations nationalistes allemandes modernes par delà les éléments culturels. » List prétendait que tous les récits précédents de l’histoire allemande étaient inexacts. Il croyait que les Allemands avaient eu une civilisation avancée, bien avant l’Empire romain. Selon List, le Wotanisme avait été l’ancienne religion aryenne par excellence, en fait, la description de List du Wotanisme a surtout été tirée de la Théosophie (en particulier, il a emprunté l’idée de Blavatsky des « races racines » ainsi que sa vision cyclique de l’histoire). Comme preuve de cette tradition perdue, List interprétait les contes, les toponymes et les symboles héraldiques comme une sorte de code secret qui avait été formulée par le clergé aryen pour transmettre leurs enseignements occultes en réaction des persécutions chrétiennes.

    List affirmait qu’une morale sexuelle interdisant le croisement avec des races inférieures fut le fondement de la société aryenne. List décrivait un code de pureté raciale qui selon lui avait été jadis pratiqué par les Allemands et similaire à ancien programme eugéniste, les familles devaient tenir des registres attestant de leur pureté raciale, l’éducation, le service public et tous les droits juridiques étaient exclusivement réservées aux Allemands ; les non-Aryens étaient seulement bons à être esclaves. List fit valoir que ces politiques pourraient encore une fois être mise en œuvre pour le renouvellement de l’Allemagne moderne. Goodrick-Clarke note que « ces idées, publié dès 1911, ressemblent à s’y méprendre aux lois raciales de Nuremberg des années 1930 et la vision nazie du futur. »

    Le révisionnisme de List sur le passé antique allemand a abouti à une théorie du complot expliquant les tribulations de l’Autriche moderne. Il a expliqué que la chute de la civilisation aryenne a été causée par la confrontation avec des peuples primitifs conduit principalement par les chrétiens – évidement, le christianisme était un peu plus qu’une organisation en façade pour les personnes racialement inférieures jalouses des réalisations aryennes. Les valeurs chrétiennes d’humilité, de charité et de respect des plus faibles étaient de la simple désinformation destiné à saper l’unité aryenne et la confiance en soi. A l’époque moderne l’assaut conntre la culture aryenne c’est poursuivie par le capitalisme, le socialisme, les juifs et l’Eglise catholique. Tous ces mouvements qui soi-disant coordonnaient leurs efforts par le biais d’une entité que List appella le Grand Parti International, soit une organisation fantôme que List disait qu’elle avaient été dédiée à la chute de la civilisation aryenne.

    En 1908, la Société Guido von List, a été créée par ses disciples pour l’organisation de lectures de ses œuvres et la diffusion de ses idées dans toute l’Autriche et l’Allemagne. L’un des membres fondateurs de la Société Guido von List était un autre Autrichien, Jorg Lanz von Liebenfels (1874-1954), qui finalement est allé jusqu’à créer son propre culte aryen. Lanz avait été membre d’un monastère cistercien de 1893 à 1899 et avait reçu une formation approfondie dans les langues anciennes et l’histoire du Vieux Testament. Il a finalement rompu avec le catholicisme pour développer sa propre théologie occulte.

    Après avoir étudié les découvertes actuelles en anthropologie et en physique, Lanz a produit un ouvrage intitulé Die Theozoologie oder die Kunde von den Sodoms-Äfflingen und dem Götter-Elektron / Theo-Zoology or the Lore of the Sodom-Apelings and the Electron of the Gods (1905). Lanz croyait qu’il y avait existé autrefois une race surhumaine de créatures douées de pouvoirs psychiques télépathiques et télékinésiques. Ces dieux s’étaient métissé avec des animaux pour produire des créatures mi-homme/mi-animal qui avaient été utilisées comme concubines. L’homme moderne est un résidu éloigné de la race divine originale dont les capacités psychiques furent atrophiés à la suite des croisements avec des êtres biologiquement inférieurs (là encore, certaines de ces idées avait d’abord été proposé par HP Blavatsky et d’autres théosophes).

    Lanz différait de List en croyant que le judaïsme et le christianisme avait été initialement des religions aryennes. Dieu choisissant les peuples Aryens comme la moins contaminés des races de l’humanité ; l’Ancien Testament ayant été écrit comme mise en garde pour leur bénéfice contre les dangers du métissage (maintenant, c’est de l’histoire révisionniste !). Jésus serait alors le dernier survivant de cette race doué psychiquement et fut crucifié par ceux racialement inférieurs et jaloux de son pouvoir. Lanz interprétait les enseignements de Jésus comme une allégorie pour le processus d’évolution ; le bien est un processus d’évolution vers le pouvoir divin, alors que le mal était synonyme de dégénérescence raciale.

    En 1907, Lanz fondit l’Ordre des Nouveaux Templiers (ONT). Les premiers Templiers furent un ordre militaire/religieux fondé après la première croisade pour maintenir le contrôle chrétien sur la Terre Sainte. Lanz expropriait le nom et le symbolisme des Templiers, mais remplaçait leur code chevaleresque par son propre occultisme raciste. Les aspirants à l’ONT devaient passéder des caractéristiques physiques aryennes appropriées et répondre à des questions détaillées sur leur origine raciale. Lanz espérait que les membres de l’ONT formeraient la souche humaine nécessaire pour un programme de reproduction sélectif qui finirait par rétablir les facultés psychiques latentes chez l’homme. En attendant, Lanz conçu les rituels de l’ONT, les costumes et les formules d’adresse qui étaient vaguement imités des pratiques monastiques. Finalement Lanz amassa suffisamment d’argent de la part de riches mécènes pour acheter un château sur le Danube, l’utilisant en tant que siège de l’ONT et lieu de culte.

    Alors que le mouvement de l’Ariosophie se propageait de l’Autriche vers l’Allemagne, il est devenu plus ouvertement politique. Parmi les nombreux obscurs groupes occultes fleurissant en Allemagne à l’approche de la Première Guerre mondiale, Goodrick-Clarke met l’accent sur le Germanenorden, dont la plupart des membres avaient initialement été actif dans la Société von List ou à l’ONT. Le Germanenorden fut fondé à Munich en 1912 comme une organisation secrète antisémite destinée à contrer la conspiration juive supposée vouloir contrôler Allemagne. Au début, l’organisation concerne principalement l’élaboration des rituels occultes. En 1918, la direction de l’Germanenorden a été repris par Rudolf von Sebottendorff (1875-1945), un ingénieur allemand qui s’était intéressé à l’occultisme tadis qu’il vivait au Moyen-Orient. Sebottendorff changa le nom du groupe pour celui de la Société de Thulé et transforma un culte religieux en une organisation de militants politiques dédiées à déstabiliser la République de Weimar. Parmi d’autres actions, Sebottendorff organisa une tentative de kidnapping sur Kurt Eisner, le chef du gouvernement de Weimar (Eisner fut assassiné par un homme ayant des liens avec la Société de Thulé). Des membres de la Société de Thulé aidèrent également à organiser et à former une force paramilitaire qui prirent part aux combats contre les forces communistes qui avaient brièvement pris le contrôle de Munich en 1919.

    Cependant, Sebottendorff s’inquiétait que les futurs membres de la Société Thulé puissent être rebutés par l’orientation occulte du groupe. Dans une tentative pour attirer l’adhésion de la classe ouvrière, la Société de Thulé créa une organisation vitrine appelée le Parti des Travailleurs Allemands (DAP) qui offrait les mêmes idées antisémites et racistes, sans mentionner l’occultisme. C’est ce groupe qu’Adolf Hitler découvrit initialement en 1919 en tant qu’espion pour le compte de l’armée. Hitler fut rapidement élu à la tête de l’organisation et en 1920 il rebaptisa le DAP en Parti National Socialiste des Travailleurs Allemands (NSDAP) ou Parti Nazi. Hitler a finalement mis la main sur la trésorerie de la Société de Thulé et son organe de presse, et recruta également au sein de la Société de Thulé, Rudolf Hess et Alfred Rosenberg, qui sont devenus des membres importants du Troisième Reich. Pour l’emblème du parti nazi Hitler adopta l’insigne de la Société de Thulé, une croix gammée.

    Hitler a non seulement hérité d’une organisation fondée par des occultistes aryen, mais il a été influencé par les idées politiques qui ont pour origine les Ariosophistes. De 1905 à 1916 Lanz von Liebenfels publia un magazine, Ostara (le nom de la déesse païenne du printemps). Goodrick-Clarke établit que pendant ses premières années à Vienne, Hitler rencontra Lanz un certain nombre de fois pour obtenir d’anciens numéros d’Ostara et discutèrent des théories de Lanz au sujet des races (cette découverte n’est pas unique à Goodrick-Clarke et fut précédemment mentionné par les biographes d’Hitler, y compris Joachim Fest.) Lanz a écrivit des articles dans Ostara en faveur de la polygamie pour les hommes aryens de race pure et pour la stérilisation des non-Aryens — deux mesures mises en œuvre par le Troisième Reich. Lanz aussi explicitement requis la déportation et l’extermination de tous les non-Aryens vivant en Allemagne. Ainsi, il est possible que l’idée de la solution finale a été implantée dans l’esprit d’Hitler par l’occultiste qui croyait que les Allemands étaient le peuple élu et que Jésus était un Aryen.

    Tandis que Hitler puisse avoir été influencé par les idées de Lanz sur la race, il rejetait avec mépris les autres aspects de la mystification occulte et pseudo-historique. Le dirigeant nazi qui fit lui-même d’un féru de mysticisme occulte le chef des SS, Heinrich Himmler, conservant auprès de lui un mystique aryen auto-proclamé comme part intégrante de son cabinet personnel.

    Karl Maria Wiligut (1866-1946) commença sa carrière comme officier dans l’armée autrichienne, et vu l’action au cours de la Première Guerre Mondiale. Après la guerre Wiligut commença à prétendre qu’il était le dernier descendant d’un prêtre aryen pouvant retracer ses origines jusqu’aux créatures divines qui habitaient en Allemagne il y a plus de 200 000 ans. Comme List, Wiligut affirmait avoir la clairvoyante réminiscence de la société et de la religion allemande antique. Il corrobora beaucoup de la description de List sur l’histoire allemande ancienne, mais il a également approuvé la croyance selon Lanz en un Jésus aryen (p. 181). Encore une fois, Wiligut croyait que la civilisation aryenne avait été détruite par un complot des juifs et des catholiques. Wiligut pris contact avec l’ONT de Lanz en Autriche et plus tard déménaga en Allemagne, où il se fit remarquer en tant que conférencier et gourou au sein du réseau occulte aryen.

    En 1933, Wiligut fut portée à l’attention d’Himmler via un officier SS qui avait été un membre de l’ONT. Himmler nomma Wiligut au Bureau pour la race et le peuplement de la SS et ensuite lui donna le rang de général de brigade SS. Les différents rôles de Wiligut furent aussi de conseiller Himmler au sujet de la politique raciale, de l’élaboration des rituels à accomplir lors des cérémonies officielles SS, et la conception d’un anneau spécial marqué de runes et des insignes à têtes de mort de la SS devant être remis à d’importants officiers SS par Himmler lui-même.

    Selon Goodrick-Clark, Wiligut proposa à Himmler que la SS exproprie un château dans la province allemande de Westphalie. Wiligut prophétisant que le château deviendrait un bastion nazi contre l’invasion des barbares de l’Est. Himmler pris le château pour l’utiliser comme un centre d’endoctrinement de la SS, un musée et un temple où les cérémonies de mariage et les fêtes du solstice conçues par Wiligut eurent lieu. Goodrick-Clark décrit le plan à long terme d’Himmler pour que Wewelsburg soit « la création d’un Vatican SS à une énorme échelle au cœur du Grand Reich Germanique millénaire. »

    En 1939, l’influence de Wiligut dans la SS a brusquement diminué quand il fut découvert que lors de son retour à Salzbourg, en Autriche, il avait été déclaré légalement fou et interné dans un établissement psychiatrique de 1924 à 1927. Cette mesure avait été prise par la femme de Wiligut qui avait affirmé qu’il avait menacé de la tuer après qu’elle s’eût plaint de la dilapidation des économies de la famille. Wiligut fut contraint de démissionner de la SS et dû rendre à Himmler la bague à la tête de mort reçue en récompense.

    Goodrick-Clarke ne fait pas de conclusions théoriques sur la nature de l’occultisme ; il considère que le bouleversement social de la société allemande au tournant du siècle suffit à expliquer l’émergence de Ariosophie. Dans cette mesure, il corrobore le diagnostic de TS Eliot sur l’appel de l’occultisme dans The Dry Salvages :

    « Pour explorer l’utérus, la tombe, ou les rêves ; tout cela est ordinaire
    Passe-temps et médication, et article de presse :
    Et sera toujours, certains d’entre eux en particulier
    Quand il y a détresse des nations et perplexité
    Que ce soit sur les rivages de l’Asie, ou dans la Edgware Road. »

    L’occultisme est un symptôme de l’aliénation de la société, mais il est aussi un symptôme de l’aliénation de la réalité elle-même — un aperçu entrevu par un autre vers d’Eliot :

    « le genre humain ne peut supporter trop de réalité. »

    En un sens, il y a une magie dans l’occultisme, après tout – il est possible de créer un monde imaginaire dans l’esprit qui efface la réalité.

    William Main, tiré du Magazine « Fidelity » de décembre 1994 , 206 Marquette Avenue, South Bend, IN 46617.



  • Abus et dérives du petit chef d’ATTAC Besançon : la suite

    Suite de ce billet.

     

    ATTAC2

    ATTAC3

    La réaction d’ATTAC via son compte twitter.

    Peut-être qu’un jour ils comprendront que ça ne concerne pas seulement des militants de base mais surtout des membres du conseil scientifique jusqu’à leur vice-présidente.

    rezonet

    Réaction d’un admin des listes de rezo.net.

    Au moins le message est passé.

    Sur le terrain, il semble que le camarade Thierry brugvin a rencontré des difficultés dans son projet de passer un 1er mai paisible, constamment suivi partout par un individu portant une pancarte le mentionnant. Suite à de vives tentatives d’explications, Thierry s’est éclipsé.

    Sans doute est-il parti méditer…

    En passant sur l’entrisme de l’anthroposophie chez ATTAC (2000)

     



  • L’eurasisme au centre de l’actu

    L’actualité en Ukraine le met en lumière, les thèses eurasistes ont une influence certaine.

    Marginales et relativement méconnues en France, les actions militaires de Poutine leurs donnent une réalité concrète et morbide.

    4073412328
    Affiche d’une conférence donnée en mai dernier.

     Voici une petite revue de presse sur ce thème afin de tenter de définir ce courant, son histoire, son importance au sein de l’extrême droite française et son caractère ésotérique :

    • Puis pour recadrer dans l’actualité :

    Je reviendrais sans doute sur ce sujet très prochainement.



  • Abus et dérives du petit chef d’ATTAC Besançon

    Un mail reçu il y a quelque temps sur une boite que je n’utilise plus et consulte de façon très occasionnelle m’avait beaucoup énervé.

    A la base, je déteste le spam et les spammeurs.

    conf apic besac

    Il s’agissait d’une invitation à une conférence organisée par le MAPIC dans un centre diocésain qui contenait des mots qui provoquent chez moi un sentiment de répulsion immédiat : « unité avec la terre » « écospiritualité » « transformation intérieure » « centre diocésain ».

    Dans un premier temps je me demande comment une secte de merde a pu avoir mon adresse pour m’envoyer ce truc.

    3 clics plus tard je constate que le MAPIC est une association des disciples de Pierre Rabhi.

    Ensuite j’hallucine totalement en constatant que ce message a été relayé par une liste de diffusion de rezo.net, et surtout, je ne me suis jamais inscrit à cette liste de diffusion.

    J’envoie donc un mail rageur à l’expéditeur en expliquant que ne souhaite pas recevoir d’invitations à des événements ésotérico-new-age à la con et que j’exige qu’il me retire de sa liste à laquelle je n’ai jamais demandé à être inscrit.

    Cadre militant ou pas, ce type de pratique est un abus, inscrire sans leur demander des gens à une liste est contre toute éthique et relève de la malveillance.

    Voici la réponse que j’ai reçu :

    fumierdebrugvin

    Donc j’ai effectué des vérifications :

    le mail de l’administrateur de la liste est disponible sur la page de présentation de la liste.

    fumierdebrugvin2

    C’est Thierry Brugvin.

    C’est donc bien lui qui a diffusé cette invitation à ce truc ésotérico-new-age à la con, même s’il n’est pas l’auteur du mail, cette liste étant modérée, il l’a au moins validé.

    Les archives des messages de cette liste sont consultables, mais comme par magie, ils ont disparu…

    Si mon adresse s’est retrouvée dans cette liste, c’est parce qu’il a pour habitude de récupérer les adresses sur d’autres listes militantes et de les utiliser par la suite pour son usage personnel.

    J’avais déjà été confronté aux pratiques manipulatrices et malhonnêtes de Thierry Brugvin à l’occasion d’une tentative de faire venir Etienne Chouard à Besançon.

    A l’époque, nous avions eu de vifs échanges et le chefaillon local D’ATTAC s’était illustré en diffusant des versions tronqués de ces échanges afin de me soumettre à la vindicte de ses militants.

    Il semble donc coutumier de ce genre de coup tordu.

    Il faut savoir que Thierry Brugvin a un égo proportionnel à son bagage universitaire, à ce titre, il n’accepte pas qu’un vulgaire antifasciste le mette face à ses errances de comportement.

    Au passage, la lecture de ses blogs est assez singulière : on notera que M Thierry brugvin parle de lui à la 3ème personne et que sur deux liens de référence, l’un est le site d’ATTAC l’autre un site conspirationniste de mercenaires de la propagande, avec bien sûr Thierry Meyssan en star (mondialisation.ca).

    Mais Thierry Brugvin n’est pas que docteur en sociologie, son attrait pour l’écospiritualité  et la révolution intérieure l’a amené beaucoup plus loin, c’est aussi un artiste néo-chamanique !

    Afin de ne pas mettre de camarade dans l’embarras, je ne vais pas évoquer son comportement « sur le terrain » qui est à l’image de ce qui est décrit ci-dessus.

    Il me semble alarmant qu’un individu aussi peu scrupuleux puisse continuer à administrer un service hébergé par rezo.net, les dérives de son utilisation démontrent qu’il n’est pas dans l’esprit de ce portail militant.

    Thierry Brugvin est l’illustration parfaite du problème ATTAC, l’ancrage au réseau Voltaire de Meyssan et donc sa tolérance envers l’extrême droite, les dérives sectaires des disciples de Rabhi, sans parler de l’imposture du titre d’anticapitaliste, ATTAC n’est pas contre le capitalisme, elle veut le rendre « humain » (sic).

    D’ailleurs quand Thierry Brugvin découvre facebook, c’est pour y poster des liens vers une vidéo montée par un groupe d’extrême droite hébergée sur un site en campagne pour le révisionnisme ou un lien vers le site des chasseurs d’illuminatis et reptiliens wikistrike.

    Thierry s’informe dans les poubelles du web et en assure la promotion.

    brugvinfumier4

    thierrybrugvinfumier5

    Peut être que la prochaine étape du parcours de Brugvin sera de publier un bouquin chez Jean Robin comme son ami Frédéric Viale ou participer à l’université d’automne de l’UPR…

    thierry-brugvin-2-
    On dit de lui « il est gentil mais relou »…


  • Rabhi : l’écogourou sur le chemin de Compostage

    La bienveillance médiatique à l’égard du phénomène Pierre Rabhi est assez surprenante. Le personnage n’est pas aussi lisse que l’image du poète paysan éloigné des choses matérielles qu’il nous donne à regarder ou entendre. « Je ne veux pas être un gourou », écrit-il sur son blog, immédiatement contredit dans les commentaires qui suivent ce billet, réactions qui oscillent entre adoration béate et remerciement extatique, tout esprit critique semble s’être évaporé devant tant de spiritualité. Le billet suivant, idem. Les autres billets n’ont plus de commentaires, cela faisait sans doute trop courrier des lecteurs pré écrit.

    http://www.pierrerabhi.org/blog/

    A comparer avec cet entretien dans l’Huma, où cette bienpensance naturaliste se métamorphoserait presque en icône subversive : http://www.humanite.fr/pierre-rabhi-toute-demarche-qui-construit-de-lautonomie-est-insurrectionnelle

    Le fantôme de Sankara passe, ça se finit avec « La modération devient un fondement puissant de l’organisation d’un monde futur. Avec elle, le capitalisme a du souci à se faire » La vache, il sait donc aussi s’adapter à son public ! Un peu plus léger, le site de Colibris, le «mouvement politique» de Pierre Rabhi, vous donne une étrange impression d’invitation au consumérisme, systématiquement à chaque page, ce bandeau vous attire le regard.

    Sur l’ensemble des cases liens qui vous est proposé, la moitié vous incite à l’acquisition des produits dérivés Pierre Rabhi ; livres, CD, DVD…http://www.colibris-lemouvement.org/ Une vous conseille même très fortement de changer de banque pour le crédit coopératif -filiale de la banque populaire- qui est un des principaux bailleurs de fonds du système Rabhi. Le reste est complété par des sortes de fiches pratiques : la démocratie tirée au sort, manger bio, consommer maigre, monnaie locale, avec de nombreuses adresses. L’écolo de base y apprendra peu, mais le novice pourrait être motivé par cette simplicité textuelle donnant l’impression que c’est facile de s’y mettre. Un compte rendu –light et sans sel- des initiatives des colibris est là aussi, et semble démontrer un éveil des consciences partout dans le pays. Pas vu.

    Pierre Rabhi apparaît dans le consistant Bastamag, site peu suspect de complaisance journalistique et de bonne tenue, et pourtant.

    http://www.bastamag.net/S-initier-a-l-agroecologie-mode-d L’article est très positiviste, parle bien d’initiation à l’agroécologie, que le lecteur perçoit comme une sorte de jardinage écolo, la portée sociale est absente. Les vidéos attestent de ce coté initiatique, assez bon enfant pour ne pas dire empreintes d’une certaine simplicité naturaliste. Le coté fiche pratique-conso des colibris réapparait.

    Dans les commentaires un lien : [A CONSULTER POUR BIEN COMPRENDRE L ESCROQUERIE RABHI]

    http://afis-ardeche.blogspot.fr/2012/09/humanisme-notre-visite-chez-des.html

    Là, nous sommes dans le dur. Le ton y est adverse et résolument contre, une asso pro OGM et plutôt productiviste tient le stylo, normal, hein, mais tout de même, le réquisitoire laisse des traces, je cite « Tout cela pour tout dire que la réalité, non seulement agronomique, mais aussi financière, est forcément un peu plus complexe que ce qui nous a été présenté. » J’arrête là, un Médiapartien traite déjà du sujet : http://blogs.mediapart.fr/blog/yann-kindo/280912/agroecologie-quand-bastamag-voit-ce-quil-croit

    Bon, on se doute bien un peu, beaucoup, que le mas de Beaulieu, de l’association « Terre et Humanisme » ne concurrence pas les productions beauceronnes, mais cette vision critique, même à charge, montre combien le bon sens et les bonnes volontés ne suffiront pas à valider que la décroissance est une évidence facile, un chemin aisé. Ce lieu semble être avant tout un outil de découverte promotionnel de cette utopie plutôt que sa démonstration réelle. Une ferme de ce type existe donc, alors qu’elle n’est clairement pas auto suffisante mais est présentée comme telle sur France Inter notamment. Elle produit peu, voire mal, le travail non rémunéré des stagiaires et bénévoles ne suffisent pas non plus à la rendre viable économiquement, d’où la nécessité d’apports financiers et de dons privés pérennes au petit artisan Pierre Rabhi, le crédit coopératif revient, mais aussi de riches entreprises.

    Il parait évident que son élan individuel initial vient au départ d’une démarche communautaire, « je m’isole du monde moderne pour prouver que je peux vivre sans lui sur une terre inhospitalière» dans l’Ardèche, ce n’est pas une rareté, c’était même assez couru dans les années 60. A quel moment a-t-il basculé vers ce leadership tout en douceur de la décroissance –concept pourtant plutôt raide quand c’est Jean-Claude Michéa qui cause par exemple-. Pourquoi les médias l’ont-ils élu lui, plutôt qu’un autre, on pourrait penser à un Paul Ariés, autre exemple.

    Mais non, Rue 89 assure aussi sa promotion et sa diffusion, parfois complaisante voire angélique, puisqu’elle nous vend aussi l’école privée de la fille de Rabhi, (2800 € l’inscription annuelle), sans compter l’accès induit à son village bio communautaire peuplé de retraités (…),http://rue89.nouvelobs.com/2013/01/11/chez-la-fille-de-pierre-rabhi-une-ecole-ou-ladulte-sadapte-lenfant-238499 et pas ouvert à toutes les bourses…mais sans doute très bien aux convaincus. http://www.bastamag.net/L-ecovillage-bati-a-l-envers-qui

    Dans quelques uns des liens cités plus haut, vous pourrez y lire des allusions ésotériques hilarantes ou teintées d’une religiosité précieuse, et surtout un curieux rejet systématique de la modernité dans son ensemble. Pierre Rabhi ne relativise jamais, ni sur le progrès -forcément- néfaste, ni sur la -forcément- parfaite harmonie de tout ce qu’il peut développer. Il vit et tricote son truc à coté de notre monde, ne le fréquente que pour y faire son modeste show, provoquer des financements ou des vocations de stagiaires ou de bénévoles qui lui demeurent nécessaires pour faire perdurer sa petite affaire à moindre coût. Ces rares apparitions seraient elles autant de vrais mirages, in fine.

    Le libéralisme, l’économie financière et le productivisme court-termiste peuvent ravager la planète, votre sort lui sera sans doute indifférent, puisque votre comportement en serait la cause. Seul salut, faut devenir comme son petit colibri qui éteint le feu avec sa goutte d’eau, et quand nous seront tous des mignons colibris tout ira bien, c’est simple, dit comme cela. Pierre Rabhi ne s’oppose pas, il ne construit pas de contre-pouvoir, il est à coté. De fait, il ne lutte pas, ni ne résiste, il s’éloigne juste, là ou il n’y a personne, signe à la rigueur quelques appels ou rejoint quelques tribunes.

    La crise systémique qui bouleverse les rapports sociaux, crée des inégalités intolérables, les excès de pouvoir des puissants, la domination de quelques uns sur les masses, ou même la géopolitique, seraient de notre responsabilité individuelle et par la même, la négation des pouvoirs à l’œuvre. Les 15% de français sous le seuil de pauvreté, les enfants sans logis, sont déjà dans une décroissance optimale, mais ils ne sont pas le cœur de cible de Colibris, ils n’amèneront pas le rapport d’achat qui vous fera accéder à l’agroécologie.

    Tout cela ne comptera plus dans sa société paysanne séculaire, qui ne vise pas l’émancipation de la condition humaine, mais plutôt une sorte de bien être individuel indéfini, car sans statut, la loi, le droit, Rabhi n’en parle jamais, pas besoin. La terre suffirait donc à réguler nos rapports sociaux et partager nos richesses. Nous ne sommes alors plus très loin du slogan pétainiste sur la vérité terrienne, indiscutable puisque innée, en tout point identique au fait religieux. On ne saura jamais ce qu’il fera des faibles, des pauvres, des malades, ou des délinquants, il n’y en aurait sans doute pas en agroécologie.

    Rabhi est sans doute un utopiste véritable qui nous fait croire qu’il se réalise, en mettant sous le boisseau les apports extérieurs en espèces sonnantes et trébuchantes qui assurent sa survie. La croissance de sa petite affaire ne serait-elle pas un peu contraire à ses principes, notamment son rapport à l’argent issu du capital, que son jardinage n’a pas éliminé.

    En ces temps où la protection sociale commune va être mise à bas, où des millions de gens sont exclus du sort normal, le discours de la décroissance culpabilisante résonne curieusement en phase avec ces économistes libéraux ou le Medef qui trouvent que nous coûtons trop cher, que l’on vit trop dans le confort. Intrinsèquement, le discours de Pierre Rabhi sert ces gens là, serrez vous la ceinture, pendant que les autres goinfres continuent de se remplir les poches avec notre travail, et monétisent ou détruisent des biens collectifs que l’on croyait inaliénables.

    D’où sa médiatisation, contrairement aux autres théoriciens de la décroissance qui n’apparaissent pas, trop politisés pour lui, ils dérangeraient un peu trop le ronron de l’info mainstream. La présence du bon paysan rassure les classes moyennes apeurées par la violence de la crise économique. Un prêche et ça repart, comme le sermon du dimanche des temps anciens pour mieux supporter l’injustice de la semaine. Il parle doucement, positive toujours, nous fait juste du bien dans l’instant, parce qu’il ne nous dérange pas finalement, il nous calmerait même, un des rares que nous n’ayons pas à craindre, contrairement à la troïka aux portes du pays, aux amis de l’ordre blanc, aux religions liberticides ou aux recommandés dans la boite aux lettres.

    http://blogs.mediapart.fr/blog/joseph-g/170414/le-cas-rabhi-nie

    Des figures médiatiquement consensuelles comme celles de Pierre Rhabi et son mouvement des Colibris fustigent la modernité, critiquent le fonctionnement de la démocratie, ou prônent les pédagogies Steiner. Peut-on dire que par certains positionnements anti-Lumières cette mouvance se distingue de l’écologie politique de la gauche républicaine ?

    Oui, clairement. Comme je l’ai dit précédemment, refuser les Lumières, c’est refuser les fondements de notre système démocratique. Le modèle proposé s’éloigne de la gauche républicaine et de ses valeurs. Là, en l’occurrence, nous sommes dans une volonté de quitter le monde issu de 1789. Par contre, il est intéressant de noter que, s’ils critiquent le fonctionnement de la démocratie et fustigent la modernité, ils sont beaucoup plus flous en ce qui concerne leur projet de remplacement… Une société organique de petites communautés ? Avec quel mode de fonctionnement ? Une assemblée démocratique ou une régence d’expert ?, Qu’est-ce que, concrètement, « la sobriété heureuse » ? etc. L’idée d’une société organique de petites communautés est très à la mode dans les milieux anarchistes/libertaires, mais elle relève d’un imaginaire conservateur de défense des corps intermédiaires…

    De fait, ces milieux, de gauche ?, font la promotion d’une forme de « société fermée » dans les milieux de gauche, ou du moins écologistes. Pour certains d’entre eux, comme Pierre Rabhi, on peut se demander s’il ne serait pas plus juste de le considérer comme un anarchiste de droite par son scepticisme vis-à-vis de la Révolution française, par son refus de l’État et par sa promotion des corps intermédiaires et des « petits peuples »…

    En outre, ces milieux soutiennent l’idée selon laquelle les personnes des « sociétés traditionnelles » qui possèdent peu de choses ne sont paradoxalement pas « pauvres », leur richesse venant d’un réseau dense de relations sociales à la fois familiale et communautaires. Là encore, on a un discours qui relève avant tout d’un imaginaire conservateur, romantique

    http://tempspresents.com/2013/07/19/stephane-francois-contre-cultures-et-heritages-reactionnaires/

    « Pour se faire une idée sur la DERIVE SECTAIRE . Nous constatons également que le village de la famille Rabhi est conçu autour d’une ECOLE PRIVEE HORS CONTRAT. Sur les intentions affichées, la laïcité n’implique nul uniformisation des modes de vie. C’est au niveau de la réalisation que nous ne pouvons pas ne pas nous poser des questions. Le hameau des buis, initié par la famille de Rabhi, est construit par des BENEVOLES et des salariés. Quel est le statut de ces bénévoles ? Ont-ils droit à une protection sociale? Les reportages sont muets sur ce point. Le gendre de Rabhi dit explicitement que les bénévoles bénéficient d’un système gagnant-gagnant car ils bénéficient d’une formation professionnelle. Le reportage nous laissera sur notre faim en ce qui concerne l’hostilité parfois rencontrée aux alentours et que ledit gendre attribue à un défaut de communication. Sur le forum de l’émission de France Culture, une auditrice de la région en Ardèche regrette que la parole de Rabhi soit prise pour argent comptant.
    Les parents fuient en masse cette école pour se réfugier dans l’école privée de Lablachère. Certains ont déménagé de très loin pour mettre leurs enfants dans cette école et et se retrouvent le bec dans l’eau une fois qu’ils ont réalisé l’autoritarisme de Sophie Rabhi et les méthodes limites qui sont utilisées avec les enfants. Quant au hameau des Buis, renseignez-vous vraiment sur les modalités de logement (et surtout les modalités FINANCIERES) avant de le présenter de façon aussi unilatéralement positive. Pierre Rabhi est l’apôtre des nouvelles pensées écologistes, ORIENTEES A DROITE, littéralement polluées par l’idéologie managériale (hé oui, il faut se méfier des apparences). Véritable trahison pour des gens en quête d’alternatives
    Un journal local, l’Écho des Cévennes, relatait un FONCTIONNEMENT SECTAIRE de l’école dite la ferme des enfants où les parents sont amenés à participer aux tâches matérielles et décrivait également le désenchantement des parents.
    Le rapport de l’Éducation nationale en notre possession était quant à lui plus neutre, ne faisait état d’aucune notion sectaire mais laissait voir des déficiences dans le niveau malgré des progrès constatés depuis l’inspection précédente et envisageait une SAISINE DE LA JUSTICE si les progrès déjà enregistrés ne se confirmaient pas. »

    http://www.sectes94-sofi.org/avril-2010

    Indymedia: « Quelques mots sur Pierre Rabhi : figure historique de l’agriculture paysanne, se voulant philosophe, écouté jusqu’à l’ONU, Pierre Rabhi a monté des tas de structures militantes centrées autour de sa personne, et fait l’objet d’un véritable culte de la personnalité dans certains milieux. Pourtant, sa « pensée », fortement teintée de mysticisme et de moralisme, n’a rien de très radical ni de très pertinent. Actuellement, quand il n’écrit pas des livres en compagnie de l’hélicologiste Nicolas Hulot ni ne parade aux universités d’été d’Europe-Ecologie-Les-Verts, il vice-préside l’association Kokopelli qui, si elle fait un travail formidable de protection des semences paysannes, n’en diffuse pas moins auprès de son public des thèses conspirationnistes, via son blog (qui promeut actuellement les « thèses » de Sylvie Simon, connue pour ses travaux sur l’ésotérisme et sa défense des « médecines non conventionnelles ») et via les écrits de son président-fondateur Dominique Guillet (qui ne croit pas à l’origine anthropique du réchauffement climatique, thèse qui serait promue selon lui par les industries des agro-carburants en vue de justifier leur conquête des terres arables au détriment de l’agriculture destinée à produire de la nourriture) »

    Ici les liens entre le mouvement écolo de droite radicale « Colibri » avec toute la sphère conspirationniste, notamment avec le référencement de films conspirationnistes comme « l’argent dette », ou l’auteur obscurantiste proche de l’extrême droite Pierre Jovanovic ou encore même le fasciste Alain Soral, idéologue du FN :

    http://colibris.ning.com/video/revue-de-presse-de-pierre-jovanovic-avec-alain-soral

    http://colibris.ning.com/group/argent-dette-et-magouilles-politiques?commentId=2998321%3AComment%3A344071&xg_source=activity

    http://colibris.ning.com/video/guerre-civile-europ-enne-pierre-jovanovic-paris?xg_source=activity

    A l’occasion de la première conférence nationale de Colibri, on retrouve parmi les 7 intervenants Etienne Chouard, la tête de pont de toutes les extrêmes droites :

    http://parasite.antifa-net.fr/wp/wp-content/uploads/2013/07/chouard2.jpg

    Etienne Chouard dont la mystification est démontée ici :

    http://youlountas.net/spip.php?article476&lang=fr

    On retrouve également à la Conférence de lancement de la (R)évolution des colibri le 30 janvier dernier, à l’Espace Reuilly à Paris :

    Raphaël Souchier qui est consultant européen en économies locales, développement durable, valorisation du patrimoine et communication inter-culturelle, il a reçu une double formation en gestion d’entreprise (MBA de HEC Paris) et sciences humaines (Sociologie, Ethnologie et science des religions) et semble là pour venir vendre son nouveau livre auquel il fait référence plusieurs fois.

    « L’entreprise, c’est l’extension du cœur et de l’énergie de l’entrepreneur. Ils savent qu’ils vont changer le monde »

    Puis l’intervenant Colibri passe au récit d’une success story mettant en scène une restauratrice américaine qui un jour décide de ne plus proposer de porc qui a été élevé dans « des conditions inhumaines »

    « Elle a trouvé un paysan qui élève des porcs sans les traiter comme ça, il les laisse vivre dans la nature, c’est un révolutionnaire d’avant l’époque moderne, puisque c’est un amish, comme vous connaissez peut être, ce sont des gens qui ont refusé certains éléments du progrès technique, et ils sont révolutionnaires dans la mesure où ils sont un peu leaders sur ce qu’il faudra faire demain, c’est intéressant, une révolution pousse l’autre »

    Chez Colibri, les amishs, issus de cette secte religieuse bien connue, sont des « révolutionnaires ».

    Il s’astreint ensuite à ne parler que « d’égalité des chances » et surtout pas d’Egalité, l’égalité des chances étant une expression venant de la droite, de Pétain plus exactement. (à ce sujet, lire notre article consacré à « l’égalité des chances » ici https://www.facebook.com/notes/les-enragés/savez-vous-doù-vient-lexpression-égalité-des-chances/257112071122039 )

    Le plus frappant à l’occasion de cette conférence Colibri est cette mise en scène destinée à prouver que le savoir serait dans la salle et non sur la scène. C’est ainsi que des micros défilent dans l’assistance avec pour chaque spectateur, l’injonction de prononcer un mot dans une forme de pseudo implication théâtralisée des récepteurs du discours et qui rappelles certains fonctionnement sectaires.

    Rahbi a inventé l’anticapitalisme décroissant mais financier : tu inverses le modèle conventionnel du capitalisme (emprunter coûte de l’argent, en prêter en rapporte) : l’argent emprunté rapporte à l’endetté et coûte au préteur qui lui, voit décroître son capital.
    En fait, Rahbi est bien un paysan mais d’un genre particulier, il transforme ton argent en dépense pour une poule de luxe : elle n’y laisse aucune plume mais tu y laisseras tout ton blé.

    Rabhi est vraiment un génie et les média n’ont vu en lui qu’un marchand de compost agrémenté d’un manuel de philo des castors juniors alors qu’il était bien avant l’heure le visionnaire du capitalisme du 21e siecle…
    Ce gars avait tout compris avant tout le monde et personne ne le voyait, un business-model qui sera n’en doutons pas, très bientôt enseigné à HEC.

    Comment opposer question écologique et question sociale dès lors que l’exploitation des ressources et des hommes sont intimement liés ?
    Comment ?
    En fermant les yeux et en cautionnant le système promu par Rabhi en exploitant idéologiquement une masse de bénévoles dont les ressources en travail ne sont pas intégrées dans la méthodologie et l’évaluation des résultats.
    Dès lors que ce système est faussé dès le départ, il n’est pas transposable.
    Le système étant lui même associé à une escroquerie économique (système d’engagement  contractuel proche d’un prêt indexé dans un paradis fiscale) l’enrichissement économique généré par l’exploitation et la construction de l’éco-village est lui même faussé puisque la ressource en capital provient d’une production externe (le pognon grassement offert par les sociétaires et dont la provenance est externe au processus économique mis en place par P. Rabhi.

    Lorsque les bénévoles versent 5000 euros non récupérables, une indexation prélevée sur leur capital et s’acquittent en plus d’un loyer pour des propriétés qui leur coûtent mais ne seront jamais à eux, c’est quoi si ce n’est pas un contournement de subvention puisque l’exploitation ne tire pas ses ressources de sa qualité économique ?
    A ces contributions énormes et uniquement accessibles à une catégorie aisée et vulnérable s’ajoute en plus un bénévolat de 120 heures par mois.
    Et bien évidemment aucune charge en matière d’assurances sociales, la protection contre la maladie et les accidents, c’est aux autres qu’il incombe de la financer…

    Si Rabhi n’existait pas, Bernard Tapie l’aurait inventé.

    Les Enragé-e-s

    En photo, la princesse Constance de Polignac et son protégé/conseiller personnel Pierre Rabhi (du mouvement écolo de droite « Colibri ») sur son domaine de Kerbastic, château du XVIIe siècle transformé en hôtel de luxe s’étendant sur un parc de 64 hectares dont 2 hectares « bio » accueillant des séminaires destinés aux chefs d’entreprise.

    10170982_278546982311881_1655666004214899413_n

    Texte repris de la page facebook « Les enragés«